jeudi 22 septembre 2016

Grima Langue de serpent et capitaine Uruk-hai table top

Une pointe de finesse dans ce monde de brutes...
Salut à tous!

comme je n'ai guère avancé sur mon elfe sylvain, pour alimenter un peu ce blog, je vais sortir "un vieux dossier". 

Il y a quelques mois,un ami m'a passé une petite commande de peinture, d'un niveau table top. Il voulait que je lui peigne les figurines du capitaine Uruk et de Grima. Cela tombait bien, car je ne les avais jamais peints. J'ai donc accepté avec enthousiasme, voyant dans cette commande un moyen de mieux connaître ces belles figurines avant de peindre un jour mes propres exemplaires. 


Boromir trouve la rédemption dans une mort héroïque
Mais avant de vous montrer des photos, comme d'habitude, un peu de culture!

Les Uruk-hai sont des créatures cousines des orques, créées par la magie maléfique de Sauron lors du Troisième Âge pour s'emparer d'Osgiliath, sous le règne de Dénéthor Ier. Boromir réussit ensuite à reprendre l'ancienne capitale du Gondor dévastée par ces orques noirs, non sans de terribles pertes. Les Uruk-hai sont en effet de redoutables combattants. Plus massifs et forts que les orques ("uruk" signifie "grands orques"), ils sont en outre capables de parcourir de très longues distances de jours, à la différence de leurs cousins, qu'ils méprisent.
C'est en raison de leurs qualités guerrières que Sarumane en usa aussi, notamment pour attaquer la communauté à Amon Hen, en ce jour tragique qui fut marqué par la mort héroïque de Boromir et la capture de Merry et Pippin. 

Les Uruks sont menés par des capitaines, dont Tolkien donne quelques noms. Si le personnage emblématique de Lurtz de la trilogie de Peter Jackson est une judicieuse invention du cinéaste, l'oeuvre de Tolkien mentionne Uglùk, capitaine des Uruks de Saroumane, et Shagrat, chef des Uruks du Mordor de la forteresse de Cirith Ungol. Les légions d'Uruks sont à ce point nombreuses qu'il existe bien d'autres capitaines dont l'Histoire n'a pas retenu les noms. C'est l'un d'eux que je me suis efforcé de mettre en couleur. 

Un capitaine uruk à la peau très sombre et à l'armure usée par les combats
Le bouclier est éclaboussé de sang, comme si l'Uruk s'en était servi pour frapper son adversaire

Un socle simple, mais qui permet de bien mettre en valeur la figurine!

Grima, magistralement interprété par Brad Dourif
La deuxième figurine représente Grima fils de Galmod, plus connu sous le nom de Grima Langue-de-Serpent parmi les gens du peuple d'Edoras, capitale du Rohan. C'est en effet ainsi que ses compatriotes le surnomment, en raison de son influence malsaine sur le roi Théoden, qui lui apporte la détestation de tous.  
Jadis fidèle serviteur du Rohan, Grima trahit en effet son souverain pour faire allégeance à Saroumane, dont il sert les sombres desseins en empoisonnant l'esprit du roi par de perfides paroles. Il convainc en effet Théoden de ne pas s'opposer à l'inquiétante extension du maître d'Orthanc. Dans le même temps, Grima poursuit de ses assiduités, Eowyn, la nièce du roi,  afin de pouvoir prétendre au titre royal  une fois Théoden disparu. Le vaillant Eomer, qui n'était pas dupe de ses fourberies et de ses rêves de mariage, est écarté par ses soins de la cour et par Théoden qui n'est plus que l'ombre de lui-même. 

De mauvaises langues parlent d'un lointain cousinage...
Toutefois, la traîtrise de Grima est démasquée par Grandalf, au cours d'une vigoureuse confrontation dans le grand hall du Château d'or de Méduseld.
Le personnage de Grima est profondément tragique. En effet, Théoden, une fois libéré de sa sinistre influence, retrouve sa vaillance passée. Il sort aussitôt de sa longue torpeur et réunit ses cavaliers pour affronter Saroumane au Gué de l'Isen. Prince miséricordieux, Théoden offre généreusement à Grima de se racheter en prouvant sa loyauté. Ce dernier se voir offrir le choix d'accompagner son légitime souverain à la guerre ou au contraire de rejoindre Saroumane. Hélas, Grima refuse la clémence de son roi et choisit l'exil. Il suivra son maître dans la déchéance, qui le méprise et l'humilie constamment pour avoir notamment perdu le Palantir lors du siège d'Orthanc. Grima, empli de haine, finit par assassiner Saroumane à l'issue de la bataille de Lézeau ou bataille de Belleau, avant d'être lamentablement abbatu à son tour par trois archers hobbits. 

Le visage n'est pas très travaillé, mais je m'étais fixé un temps limite pour réaliser cette figurine

Je suis assez content par contre du travail sur le noir de la cape, qui ne vire pas au gris malgré les éclaircissements


Les deux figurines achevées; dernière pose avant la réalisation du colis!
Voici donc les figurines une fois finies. Etant donné le faible budget du commanditaire, je m'étais fixé trois heures pour achever ces figurines. Si je ne compte pas le soclage, le défi a été rempli, et pour un résultat honnête sur une table de jeu. J'ai passé 1h45 sur l'Uruk et 1h15 sur Grima; cela se voit, ce dernier est tout de même moins travaillé, mais le possesseur de ces figurines m'a fait part de sa satisfaction!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire